Afghanistan, que s'est-il passé et que peut-il se passer?

Déclaration du Conseil exécutif politique du Parti de gauche d'Iran (Fadaian du peuple)
Afghanistan, que s'est-il passé et que peut-il se passer?
Depuis la chute du gouvernement de Kaboul et la tragédie du retour des talibans au pouvoirs, deux semaines se sont écoulées. En retirant leurs forces d'Afghanistan, les États-Unis et L’OTAN ont respecté les accords qu'ils avaient conclus à Doha avec ces derniers. D'autre part, les forces talibanes qui ont pu vaincre l'ensemble du pays en s'appuyant sur la décision américaine de quitter définitivement le pays et en profitant du chaos du gouvernement de Kaboul sont désormais pressées de consolider leur pouvoir et domination néfastes.
Bien qu'il y ait eu une résistance aux talibans dans certaines parties du pays, il y a également eu des interactions avec Islamabad et Doha sur la question de la forme du gouvernement. Il existe actuellement en Afghanistan, à la veille de la formation d’un gouvernement, un marché florissant de prises de position et de messages politiques contenant des menaces et des encouragements de pays proches et lointains.
S'il existe encore une grande incertitude sur le cours des événements et le remaniement des forces autour du retour au pouvoir des talibans, cela n'exclut pas la nécessité d'une évaluation préliminaire de la situation en Afghanistan. Sur la base des preuves existantes et eu égard au contexte du « problème », la présente déclaration cherche à examiner les perspectives possibles découlant de l'éventail des forces à l'intérieur et autour du pays.
La politique de bascule américaine face à la « question afghane » et ses impasses

La question des arrivées et des départs américains en Afghanistan est liée à la position et aux priorités que cette superpuissance s'est tracée dans le monde au cours des cinquante dernières années.
Lorsque Trump est arrivé au pouvoir, il a jeté les bases d'un retrait rapide d'Afghanistan au prix d'une reddition totale aux talibans et a poursuivi une politique de négociation en contournant le gouvernement fantoche américain à Kaboul. Lors des pourparlers de Doha, c'est Trump qui a accordé à plusieurs reprises et unilatéralement des concessions aux talibans. Les talibans n’ont en revanche fait que des promesses creuses. Trump a même ordonné la signature d'une date définitive pour le retrait total des troupes américaines d'Afghanistan sans la moindre garantie des talibans qu'ils parviendraient à un accord avec le gouvernement de Kaboul.
Biden a hérité d'une telle situation. Un héritage qui s’est non seulement poursuivi, mais a également exacerbé l'extravagance américaine de Trump. Comme Obama il considérait le coût élevé d'être en Afghanistan comme contraire aux priorités américaines, mais a organisé le retrait des troupes américaines de la pire manière possible, causant la défaite totale des Américains. L'affaiblissement du lien entre la question de la formation d'un gouvernement inclusif dans les pourparlers de Doha et le retrait des États-Unis d'Afghanistan, et pire encore, l'annonce d'un ordre de retrait par Biden d'ici fin août a soulagé les talibans.
Les États-Unis ont non seulement échoué en Afghanistan mais ont été discrédités dans le monde entier. La lutte contre l’impérialisme américain n’est pas exempte de sacrifices, et ce fut cette fois-ci au tour de la nation afghane et sa population entière d’en payer le prix. Amener les femmes afghanes et les peuples historiquement opprimés, comme le peuple Hazara, sous le fouet d'un courant très arriéré et ethnocentrique de l’Islam est l'un des nombreux effets secondaires de cette approche américaine. Cependant, une telle fin n'était pas inévitable.
Tant l’entrée en guerre de 2001 que ce départ qui voue la société civile afghane au chaos méritent d'être condamnés. L'échec des États-Unis en Afghanistan est à la fois un échec de la politique mondiale unipolaire souveraine américaine et un échec à imposer une politique de domination sur un monde en ébullition.

Le retrait Américain annonce le début de la fin de la stratégie de « la part du lion » dans le monde d'aujourd'hui.

Cependant le retrait américain d'Afghanistan ne peut en aucun cas être considéré comme un adieu aux politiques intérieures et à la situation régionale de ce pays. Il est probable que les États-Unis cherchent à transformer leur politique d'intervention militaire en une politique de sanctions économiques afin de former un gouvernement taliban « moins dur » à Kaboul. Cette approche remonte déjà au blocus des fonds précédemment engagés par les États-Unis et l'OTAN.
Le gouvernement de Kaboul était une marionnette précaire vouée à l'effondrement
Avec la conférence de 2001 dirigée par les États-Unis à Bonn, un gouvernement de transition a été formé pour tirer parti de l'établissement d'un gouvernement et d'une structure favorables aux États-Unis en Afghanistan. Dans ce gouvernement fantoche, aucune attention n'a été accordée à la nécessité d'amener les talibans modérés à la structure du pouvoir, et il n'y avait pas la moindre place pour les forces de gauche non plus. Le gouvernement n'est devenu constitué en réalité que des « Moudjahidines » et de leur agents américains.
L'actuelle Kaboul est le théâtre d’une scène opposant d'un vainqueur uni à des perdants dispersés. Les perdants du gouvernement, en raison de leurs pertes et de leurs hostilités, ne seront probablement pas en mesure de jouer un rôle dans l'arrêt de la montée au pouvoir des talibans. Le levier de pression sur les talibans à ce stade devrait être recherché dans les accords des puissances bénéficiaires en Afghanistan, et le facteur principal pour faire face au talibanisme devrait être vu dans la résistance à long terme du peuple de ce pays.
Société civile vulnérable

La démocratie en Afghanistan au cours de ces deux décennies avait un aspect superficiel et ne pouvait pas prendre l'enracinement nécessaire dans la société. Le critère dans l'atmosphère politique de ce pays n'était pas les droits civils de citoyenneté, mais plutôt les relations de groupe et ethniques. Ce que les États-Unis ont fait en Afghanistan après le chaos des moudjahidines et le vide après l'ère sombre des talibans, c'est d'abord de reconstruire et, plus précisément, de construire une force militaire et de maintien de l'ordre et de former des organes directeurs sous la bannière de « l'édification de l'État ». » Cette politique cependant, parce qu'elle n'avait pas une forte motivation nationale et n'avait pas de soutien populaire, ne s'est pas enracinée et n'a pas pris forme. Avec le gouvernement fantoche américain, le résultat de l'extravagance massive des États-Unis et de l'Occident ne pouvait être qu'une structure corrompue.
Si dans les époques précédentes, la résistance nationale contre le pouvoir en place en Afghanistan s'est davantage formée dans le contexte de l'ethnicité et a naturellement fait sortir de son cœur des chefs ethniques et religieux, la force principale du mouvement anti-taliban aujourd’hui est la force civile et moderniste, voire en lien avec des revendications ethniques toujours actives dans ce pays. La société civile afghane est aujourd'hui, en général, une société vulnérable, mais elle a beaucoup de potentiel de résistance et est capable de faire preuve de leadership.
L'argument de la survie et de la croissance des talibans et les perspectives de son avenir
Bien que les talibans aient été formés par le Pakistan et financés par le Qatar, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, il s'agit d'un mouvement de masse avec une base sociale enracinée dans le tribalisme et le ruralisme de ce pays. Bien que les leaders de ce mouvement soient sortis du cœur des écoles religieuses de Quetta et de Peshawar au Pakistan et aient donc pris le nom de talibans, en général le talibanisme se nourrit des « traditions » des tribus patriarcales. En un mot, les talibans représentent l'intégrisme et l'autoritarisme pachtounes.
Bien que les talibans ne soient pas centralisés et n'opèrent pas sous un seul commandant et chef, la persistance et la coordination dans leurs rangs au cours de ces dernières années étaient dues à leur alliance anti-américaine contre l'occupation.
La question centrale à l'heure actuelle, que ce soit pour les talibans eux-mêmes ou pour le peuple afghan et les forces politiques non talibanes, est le modèle et l'étendue de la domination des talibans sur le pays. Par expérience, peu de gens nient l'existence des talibans en tant que réalité de la société afghane. Le débat porte essentiellement sur la domination de ceux qui, en termes d'attitudes et de croyances, sont les mêmes talibans qu'avant. Tout optimisme quant à la réformabilité des talibans dans leur ensemble serait une évaluation dangereuse et une erreur politique mortelle.
Un gouvernement de type taliban n'a définitivement pas d'avenir car il doit faire face à toutes sortes de crises, de résistances omniprésentes, de dissensions internes croissantes, de goulots d'étranglement financiers mortels et enfin à l'incapacité à trouver un équilibre entre les acteurs régionaux et mondiaux sur la « question afghane ». Mais les talibans n'ont pas une telle capacité.
Les talibans et le monde extérieur

La réponse à la tragédie en Afghanistan de la part du monde occidental, des Nations Unies et de l'opinion publique est toujours éclipsée par les critiques à la fois du comportement du gouvernement américain et de la confusion des gouvernements européens sur les réalités afghanes.
Bien que la Chine n'ait pas encore indiqué si elle souhaitait reconnaître les talibans, elle semble compter sur la sécurité imposée par des talibans en Afghanistan. L'importance de l'Afghanistan pour ce géant économique en pleine croissance est d'être une porte d'entrée vers l'Asie centrale ainsi qu'une porte d'entrée vers l'Iran et l'Occident(la route de la soie), et les marchés d'Asie centrale et le propre marché vierge du pays d'une part et la découverte ou production du gaz, du fer, du cuivre, et les ressources de cobalt et de pierres précieuses, d'autre part, qui ont été évaluées à environ 1 000 milliards de dollars en 2013. Des évaluations récentes suggèrent que le monde a besoin de sources vierges de lithium pour se débarrasser des combustibles fossiles durs. L'Agence internationale de l'énergie estime que la demande de lithium va être multipliée par 40 d'ici 2040. Il ne fait aucun doute que l'Afghanistan a une place importante dans la rivalité et la guerre économique entre la Chine et les États-Unis, en conséquence de quoi le retrait militaire de Washington ne signifie pas son retrait d'Afghanistan.
Moscou est satisfait de la défaite américaine en Afghanistan mais a un problème avec le pouvoir monopolistique des talibans. La Russie est profondément préoccupée par sa zone de profondeur stratégique aux frontières nord de l'Afghanistan avec le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan et craint la montée du terrorisme islamique à l'intérieur et autour de son territoire. La Russie, qui compte sur sa coordination et sa coopération avec la Chine sur le dossier afghan, semble mener une politique de la carotte et du bâton contre les talibans.
Le Pakistan, qui se considère comme le vainqueur de la guerre, est désormais en tête dans l'arène politique du pays. Parmi les puissances de la région, le Pakistan n'acceptera certainement pas moins que la part du lion de l'accord énergétique en Afghanistan. Islamabad est principalement derrière une sorte de gouvernement de coalition dominé par les talibans. Cependant il ne faut pas oublier que les relations des talibans pachtounes avec le Pakistan ne sont pas garanties et que de futures divisions entre les deux parties ne doivent pas être exclues.
L'Inde, en revanche, est mécontente de la victoire des talibans, la qualifiant de victoire pour son rival, le Pakistan.

Delhi est à la fois préoccupée par les investissements qu'elle a réalisés en Afghanistan au cours des deux dernières décennies et, en outre, préoccupée par l'impact de la victoire des talibans sur le renforcement du mouvement islamique indépendantiste du Cachemire.

La Turquie, cette géographie politique à la fois membre de l'OTAN et partisane de l'islam des Frères musulmans, a une double position sur les développements en Afghanistan : victoire de l'islam contre l'Occident et en même temps peur qu'il ne se retourne contre les intérêts des amis de la Turquie en Asie centrale. Ankara surveille de près les événements en Afghanistan.
Le Qatar, l'Arabie saoudite et les cheikhs régionaux expriment leur satisfaction face à la victoire des talibans et suivent avec intérêt les développements politiques à Kaboul. Ceux qui devraient logiquement être parmi les premiers à reconnaître « l'Emirat islamique » comme par le passé attendent toujours la structure du pouvoir et les circonstances, et dans le contexte de rivalités idéologiques entre elles (Fratrie du Qatar et wahhabisme, en partie salafiste d'Arabie Saoudite et d’Emirat), ils veulent leur part. L'essentiel cependant est que la construction d'un fort bastion sunnite dans l'est de l'Iran faisait partie de leur programme de guerre idéologique et politique avec la République islamique d’Iran chiite, construction qu'ils ont maintenant réalisée.
Quant à l'Iran, Ali Khamenei, grisé par la défaite politique et militaire des États-Unis, y voit une confirmation de ses notions d’« ennemi étranger » et d’« anti-américanisme ». La République islamique défend bien entendu la formation d'un gouvernement de coalition à Kaboul et préfère y réduire au maximum la part des talibans dans le partage du pouvoir. Dans tous les cas, la victoire des talibans aurait de graves conséquences pour l'Iran. L'une de ses préoccupations serait la montée du fondamentalisme sunnite dans l'est du pays.
Les conséquences désastreuses de la sombre domination des talibans sur l'Afghanistan ne se limitent pas aux habitants de ce pays. La poursuite de cette sombre domination peut conduire à une désintégration sanglante et provoquer des émeutes dangereuses et incertaines dans la région. Le régime taliban est un fléau pour l'Afghanistan, la région et l'humanité. Le talibanisme doit être combattu, et en ces jours difficiles pour le peuple de notre pays voisin, nous devons soutenir leurs luttes démocratiques et progressistes et accepter d’accueillir les réfugiés afghans dans notre pays à bras ouverts.

Comité exécutif politique du Parti de gauche d'Iran (Fadaian du peuple)

31 août 2021

افزودن دیدگاه جدید

محتوای این فیلد خصوصی است و به صورت عمومی نشان داده نخواهد شد.

متن ساده

  • تگ‌های HTML مجاز: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <img src alt data-entity-type data-entity-uuid data-align data-caption> <dir>
  • تگ‌های HTML مجاز نیستند.
  • خطوط و پاراگراف‌ها بطور خودکار اعمال می‌شوند.
CAPTCHA
لطفا حروف را با خط فارسی و از چپ به راست، یعنی از آخر به اول، و بدون فاصله وارد کنید CAPTCHA ی تصویری
کاراکترهای نمایش داده شده در تصویر را وارد کنید.